C’est en vous écrivant cet article que je franchis le pas. Ça y est ! J’ose !

J’ose vous dévoiler plus de mon vécu, plus de mes expériences de la vie, j’ose être moi-même. Comme c’est bon de le dire !

Non pas que dans les articles précédents je ne l’étais pas – cela a toujours été important pour moi d’écrire à partir de ce que j’expérimente dans la vie plus que d’écrire sur des concepts spirituels, la spiritualité se vivant à travers l’expérience – seulement j’entrais alors peu dans les détails personnels.

Aujourd’hui je ressens grandement le besoin de partager ce que je vis à propos du fait d’oser être soi-même. Un peu comme si c’était mon âme, mon intuition qui me poussait à vous faire ce partage. “Oser être soi” c’est avant tout “passer à l’action“, alors j’y vais !

Pendant une grande partie de ma vie, je n’osais pas entreprendre des actions de peur de déplaire aux autres. Le voilà notre fameux “j’évite de lui déplaire comme cela je pourrai recevoir son attention en retour, je pourrai continuer d’être aimé(e) par cette personne et je ne me sentirai pas rejeté(e)”. Des actions comme par exemple “je n’osais pas dire non à l’autre suite à une demande” ou “je disais oui à l’extérieur alors qu’à l’intérieur c’était un non”…ou encore “si j’avais besoin de demander quelque chose, un service à quelqu’un, je n’osais pas le faire de crainte de déranger la personne”. J’étais arrivée à un point où je collais aux attentes et aux demandes des autres, où je portais ces fameux masques du “faux self” sans plus savoir qui j’étais vraiment. Je ne réalisais pas à ce moment-là que j’étais complètement coupée de moi-même, déconnectée de l’amour pour moi et pour les autres.

Or l’amour ne consiste pas à éviter de déplaire aux autres ni à chercher à leur plaire mais d’accepter d’être soi-même en prenant le risque de leur déplaire. C’est franchir le cap et oser le dire ce “non”, peut-être un peu timide et hésitant au départ, puis de plus en plus affirmé par la suite. C’est se dire un grand “OUI” à soi-même. C’est faire un grand pas vers soi.

Avant lorsque je n’osais pas franchir le cap par peur de déplaire, je restais enfermée dans la boucle des peurs. Ce qui m’immobilisait et me figeait encore plus. Alors, oui, on a besoin d’un peu de courage pour entamer la première action mais une fois qu’elle est faite, on ne peut plus faire marche arrière car on va vers plus d’amour pour soi-même. Ou s’il y a une petite rechute, on se rend compte très vite que l’on n’est pas aligné avec soi à ce moment-là, et parfois même les mots ne sont pas nécessaires, le corps parle pour nous le dire. Ainsi, on se reprend en mains facilement.

J’ose passer à l’action, peu importe les conséquences, je les assume pleinement et le fait que cela puisse déplaire aux autres. Je reprends mon pouvoir personnel et je remets celui des autres entre leurs mains. Chacun est à sa juste place. Je suis à ma place. Je m’affirme et j’ai de plus en plus confiance en moi. Voilà le chemin qui mène à l’amour de soi.

Vous l’aurez sans doute compris, la théorie ne suffit pas pour gagner en confiance. Il s’agit de passer à l’action. Et vous, quel premier pas allez-vous faire pour oser être vous-mêmes ?